Les cerises - 2 juillet 2014

Mais il est bien court le temps des cerises !!!!! Ne croyez pas que je veux réécrire la chanson d’ « Yves Montand  » ! Loin de là …..
Je veux simplement vous dire ma joie de cueillir et cuisiner les cerises . Ces bijoux d’ oreilles qu’ on cueille en rêvant , le matin de préférence , là elles sont fraîches , juteuses, sucrées , un délice .Peu de temps après , la cueillette est transformée en clafoutis , un régal .
A ce sujet , je voudrais vous faire partager ce plaisir , voilà ma recette :

60 gr de farine
80 gr de sucre
1sachet de sucre vanillé
3 oeufs
20 cl de crème
1 verre de lait
Prendre un moule à manquer de 27 cm , je mets une bonne quantité de cerises pour moi (700 gr environ ), mélanger tous les ingrédients et verser sur les cerises , préchauffer le four th 7/ 8 , enfourner quand il est chaud pour 1/2 heure , 3/4 d’ heure , à surveiller suivant le four
Attendre qu’ il soit tiède et déguster
Cet appareil peut servir pour d’ autres fruits
Bon Appétit !

Chantal

vive 2014 - 6 janvier 2014

Après un long silence, une mise en sommeil du blog en fait, je pense que ce début d’année est le moment pour renouer avec les bonnes habitudes, renouer avec les lecteurs, les visiteurs toujours nombreux.
Aussi, je présente mes meilleurs voeux à tous ceux qui viennent sur le blog de la Ferme en Bourgogne et je souhaite une bonne année 2014 à chacun.
Cette année 2014 va être une année charnière car elle va voir la cessation de l’activité agricole de la ferme
Le « Journal d’une Ferme en Bourgogne » lancé en avril 2006 ne peut s’éteindre comme ça. Je me dois de continuer à écrire quelques articles.

A bientôt

Meilleurs voeux - 1 janvier 2013

C’est sur ce coucher de soleil que 2012 se termine. Ce n’est qu’une impression mais je trouve qu’elle s’est écoulée rapidement. Je suis toujours étonné par la vitesse à laquelle le temps passe. Même si la magie des fêtes de fin d’année 2012 ont masqué pour un temps la réalité, 2013 commence dans une ambiance plutôt morose , une ambiance de crise. Aussi je souhaite à chacun que cette nouvelle année soit la meilleure possible . Je souhaite aussi à tous une bonne santé; bonheur et réussite
J’espère bien mettre encore quelques articles qui vous intéresseront

A bientôt

Paillas - 5 novembre 2012


Voilà des années que l’envie de faire des paillas me taraude. Pourquoi ? je n’en sais trop rien, peut-être juste pour me prouver que je suis capable de fabriquer ces corbeilles de paille que j’ai toujours vues à la maison. Autrefois dans les fermes, les hommes faisaient ces corbeilles que l’on appelle « paillas » les soirs d’hiver. Elles servaient beaucoup dans la vie de tous les jours. On pouvait y mettre des œufs, des fruits, du grain pour nourrir les volailles. On y plaçait la pâte à pain pour la faire lever avant de la mettre au four. Certains fabriquaient leurs ruches.Ce ne sont que quelques exemples car leur usage était vraiment multiple. Aujourd’hui c’est plutôt un élément décoratif. Les matériaux servant à leur fabrication sont on ne peut plus simples. La paille de blé ou de seigle, les ronces ou le noisetier cueillis dans les haies provenaient de la ferme. Mais cela donnait des récipients légers, solides, très résistants. Cependant ils craignent l’humidité. J’en ai retrouvé trois qui ont été façonnés voilà plus de 50 ans par 3 personnes différentes. J’essaie de m’ inspirer de la façon dont chacun a été fait.
Ces dernières années j’avais récolté à la faucille quelques gerbes de blé et de seigle avant le passage de la moissonneuse-batteuse qui brise la paille et la rend inutilisable pour ce travail. J’avais même acheté de l’éclisse de rotin. Malheureusement tout était resté en attente jusqu’à ces jours.
Les journées plus courtes, le temps gris et froid, mon travail à peu près à jour ont été autant de circonstances qui m’ont poussé à m’ « essayer » à la fabrication du paillas. Il ne faut pas beaucoup de matériel: un couteau bien aiguisé, un poinçon (un vieux tournevis), 2 bagues,( 2 morceaux de tube de cuivre d’environ 2 cm de diamètre) Ce diamètre peut varier si on veut obtenir un travail plus fin ou plus grossier. Ces bagues vont servir à tenir la paille et la calibrer en un « boudin » enserré et assemblé en colimaçon avec l’éclisse de rotin guidée par le poinçon. Au fur et à mesure que le colimaçon avance on fait coulisser les bagues et on rajoute de la paille. Ce n’est pas bien facile à expliquer le mode opératoire. Aussi je vous conseille de regarder ces photos.
Pour me faire la main et me faciliter le travail j’ai préféré employer l’éclisse de rotin plutôt que le noisetier ou la ronce difficile à trouver, les haies étant taillées basses. Pour assembler leur paille les anciens employaient de grandes ronces. Après les avoir fendues en 2 ou 3 dans le sens de la longueur il fallait les affiner et les lisser (on disait les « râper ») à l’aide d’un couteau, sur le genou. Pour le noisetier c’est l’écorce qui était levée, à la main, avec le genou, et râpée également; on appelait cela le « coûti ». Dans les 2 cas on obtenait un long brin de 2 à 4 mm de large, très solide. Il a en plus le mérite de prendre une jolie teinte en vieillissant
Le début a été laborieux, c’est difficile de commencer. En persévérant, en tâtonnant, je me suis rendu compte que j’arrivais, non sans mal, à me débrouiller et finalement obtenir une corbeille. C’est vaguement ressemblant à mes modèles malgré de nombreuses imperfections. Elle a déjà trouvé une utilisation. J’en ai réalisé trois, mais il me faudrait quelques conseils, quelques trucs pour m’améliorer. Même si elles ne sont pas très belles elles ont du succès auprès de la famille et j’ai déjà des commandes
Finalement j’ai trouvé de quoi occuper les soirées fort longues de novembre et décembre. Et puis c’est une façon de perpétuer un travail de paysan qui a eu cours jusque dans les années 50

A bientôt

L’automne, le blog……. - 10 octobre 2012

Nous voilà en automne. Le temps a filé, et les billets de plus en plus espacés n’ont pas été bien nombreux. C’est le moins que l’on puisse dire. Mais il ne faut pas croire que tenir un blog et l’alimenter en permanence est une activité anodine. En dehors du temps que prend la rédaction et la mise en ligne cela occupe bien l’esprit, fait « creuser la tête » pour trouver un sujet qui risque d’intéresser les lecteurs habituels et interpeller ceux qui surfent sur le net. il faut penser à faire des photos. Il faut en faire suffisamment pour trouver celles qui vont illustrer au mieux le texte. Je trouve qu’une photo bien choisie est plus parlante que les mots et donne une idée plus concrète de mon milieu et de mes activités agricoles. Malgré tout il faut que cela reste un plaisir,sinon il vaut mieux arrêter.
Et là, cela fait six ans et demie, depuis avril 2006 que le blog de la Ferme en Bourgogne est ouvert et j’avoue que les idées d’articles, de « posts » comme on dit me viennent moins facilement. Je n’aime pas me répéter, redire se que j’ai déjà dit les années auparavant. Durant tout ce temps je crois avoir pas mal fait le tour de la question et n’avoir plus guère à ajouter aux 1653 photos visibles dans la galerie couplée au blog
L’idée de fermer définitivement le site m’effleure parfois. d’autrefois des circonstances me poussent à continuer: un couple du Gard connaissant le blog en vacances ici qui vient passer un moment à la ferme pour discuter, un journaliste qui me consacre un article, des connaissances qui lors de rencontres fortuites me demandent pourquoi ce silence et m’encouragent à continuer, une statistique qui m’annonce que le nombre de visites reste important même si il a un peu baissé par rapport au début de l’année, normal !
Réflexion faite ce n’est pas avec ce post que je vais annoncer la fermeture du blog. je vais essayer de continuer. On verra bien.

A bientôt

Le camion usine - 12 septembre 2011

Vendredi, c’était opération « portes ouvertes » à la petite entreprise créée par mon frère voilà 4 ou 5 ans. Avec son camion-usine il se rend dans les exploitations pour moudre ou aplatir des céréales et faire des mélanges à la demande du client et rendre un produit fini. En 2008 j’avais déjà écrit un billet à ce sujet lorsque j’avais eu recours à ses services. Depuis il a ajouté d’autres cordes à son arc en faisant commerce d’aliments divers, de minéraux, de semences fourragères, etc…..
Il avait donc invité tous ses clients et fournisseurs à son entrepôt pour faire connaître son activité et leur faire passer un bon moment.. C’était aussi pour présenter sa nouvelle acquisition, un nouveau camion-usine flambant neuf disposant des dernières innovations techniques. Devant un auditoire intéressé mon frère a dit le succès rencontré par cette prestation de service, la saturation de son premier matériel, l’impossibilité de satisfaire de nouveaux clients, etc.. Malgré l’investissement très lourd que cela représente, il a du se résoudre à acheter un nouvel appareil, plus puissant, plus performant. Sa nouvelle usine, comme il l’appelle, entraînée par un moteur de 300 cv peut moudre jusqu’ à 24 tonnes à l’heure. Les céréales sont dépoussiérées et pesées. La cuve peut malaxer environ 8 tonnes d’ aliment instantanément ou presque. Un complément liquide peut être incorporé…… Un bel outil commandé par un tableau de commande moderne.
Puis arriva le moment récréatif ,attendu de tout le monde, venu parfois de loin. Pendant l’apéritif, bienvenu car il faisait bien chaud, chacun a pu faire connaissance, échanger ses points de vue, discuter. Après c’est un bon repas qui nous attendait: plats de charcuterie, jambon à la broche, fromage dessert le tout bien arrosé. Tout cela provenait bien sur d’exploitations ou mon frère fabrique l’aliment avec les matières premières produites sur place. Qualité assurée
Une journée parfaite pour un semi retraité comme moi.

A bientôt

Bulletin météo - 11 août 2011

Depuis le printemps on nous avait prédit un été très chaud et très sec, encore un coup de plus de ce foutu réchauffement climatique…… Raté! Pas un prévisionniste n’avait vu arriver cette vague de pluie et fraîcheur humide qui dure. Pourtant aux journaux télévisés on avait eu droit au passage de personnage au titre ronflant « d’ingénieur météorologiste » ayant à sa disposition une technologie de pointe: des satellites, divers capteurs disposés sur la planète, des ordinateurs superpuissants capables d’effectuer des milliers d’opérations en quelque secondes. Et tout ça pour quoi? pour donner de mauvaises informations quand ce ne sont pas des prévisions carrément fausses. De deux choses l’une: ou on a à faire à des gens qui s’en fichent et font mal leur boulot ou alors ce sont desincompétents. Il arrive bien sûr que les prévisions soient bonnes. Heureusement ils sont là pour ça! Mais on ne peut pas compter sur une information juste, fiable pour se projeter dans l’avenir pour l’organisation de son travail. Quand un phénomène exceptionnel « Qu’on n’avait pas vu venir » engendre une catastrophe, on entend dire « on ne pouvait pas prévoir » A quoi servent ils? J’ ai envie de dire: changez de métier!
Toutes ces informations sont bien sûr relayées par tous les médias, internet, et même des sites non spécialisés intègrent une fenêtre météo dans leur contenu. On ne risque pas de passer à côté. D’ailleurs j’ai trois sites dans mes favoris qui s’ouvrent d’un clic. Hélas, souvent ils ne sont pas complètement, voire pas du tout d’accord. Parfois je me raccroche à celui dont la prévision me convient le mieux….. pas très malin!
Je reconnais être un accro de la météo à la télé mais souvent je peste contre les présentateurs ou les belles présentatrices. Je trouve qu’ils débitent leur texte sans porter attention à ce qu’ils disent. Alors on peut, par exemple, entendre dire par l’un, qu’un après-midi d’une (hypothétique) pluie va régler les problèmes de sécheresse, ou par une autre, que des averses sont annoncées et c’est tant mieux pour la nappe phréatique, N’importe quoi! Il faut dire que ces gens là, depuis leur bulle parisienne sont complètement déconnectés de la vie en province. L’impact de la pluie ou du soleil n’est pas du tout le même sur le béton et l’asphalte des villes que sur le sol, la végétation, les rivières, la nature. Mais ce qui m’exaspère le plus, c’est quand un bulletin météo donné le soir à 20 h 30 avec un indice de confiance 4 est complètement changé le lendemain à 8 h sans même un mot d’excuse et que la prévision à 6 jours est régulièrement modifiée.
indice de confiance 4 : à peu près sûr
indice de confiance 3 : 1 chance sur 2 …..s’il ne pleut pas il fera beau
indice de confiance 2 : on ne sait pas, vous verrez bien
Je me doute bien qu’il doit être difficile de prévoir juste sur un endroit précis. A l’intérieur même d’un département, voire dans un rayon de 20 km il peut y avoir de grandes disparités. Mais d’une manière globale il y a de gros progrès à faire.
Il ne faut pas croire qu’une mauvaise prévision comme celle faite ce printemps dernier est sans conséquence pour nous éleveurs. Le moral en prend un coup, le souci s’installe, on change de stratégie, on envisage une autre façon de travailler. Quand la pluie que l’on n’ attendait plus arrive, on se dit qu’on a peut-être fait des erreurs. Et tout cela se paie comptant.
La pluie est arrivée le 12 juillet et même si le mal était fait la situation a bien changé. Heureusement pour nous que la prévision était fausse. Maintenant c’est une autre tranche de la population qui s’énerve, les vacanciers, et je les comprends. A eux aussi on avait promis le beau temps. Se réjouir si longtemps à l’avance et se retrouver sur son lieu de villégiature sous un temps humide et frais, il y a de quoi rager. S’ils avaient été mieux informés ils auraient peut- être pu prendre d’autres dispositions.
De tout façon on ne peut pas changer le temps, et heureusement. Il faut se dire qu’on a de la chance de vivre sous un beau climat même si cette année il ne nous satisfait pas.
Je trouve qu’un vieux dicton résume bien la situation que nous avons connue et celle que nous connaissons: « Le mauvais temps est celui qui dure longtemps »

A bientôt.

« Page précédentePage suivante »

    Dernières photos



    Voir toutes les photos sur Flickr

Vidéos


Voir toutes les vidéos sur Dailymotion


Sondage

  • Les éléveurs de bovins

    View Results

    Loading ... Loading ...

Sites amis

Contact