Le boulanger - 11 mars 2016

100_1741.JPG

Aujourd’hui je veux encore parler d’un métier qui tend à disparaitre, c’est celui de boulanger, boulanger rural, s’entend. Auparavant toutes les communes possédaient une boulangerie, voire deux. C’était un travail pénible. Le boulanger passait une bonne partie de la nuit dans le fournil pour pétrir, façonner, cuire le pain. Tout se faisait à la main. Durant la journée il partait faire sa « tournée » vendre le pain dans les fermes, les hameaux éloignés de la commune et des environs.
Comme je dis souvent, j’ai été élevé au pain de « Tabet » Badet de son vrai nom, boulanger à La Tagnière. Il passait 2 fois par semaine livrer couronnes et gros pains longs. Nous étions nombreux à la maison et il se consommait beaucoup de pain. En fait c’était la base de notre alimentation. Il ne proposait pas plusieurs variétés de pain, comme on trouve maintenant dans les boulangeries; c’était un pain au levain tout simple (farine,eau, sel, levain) mais très bon et qui se conservait facilement plusieurs jours. Avant de repartir il n’oubliait jamais de donner le « bon poids »: c’était un morceau de pain d’environ 150 – 200 grammes qu’il découpait dans une couronne pour compenser un éventuel manque de poids sur la commande. La pesée de la pâte était approximative car il ne disposait pas du matériel sophistiqué utilisés aujourd’hui dans les fournils. C’était aussi un petit geste commercial.
Après son départ à la retraite sa boulangerie ferma. C’est Camille, boulanger à La Tagnière lui aussi, qui reprit sa tournée. Il faisait également un pain qu’on appréciait beaucoup. Camille était un bon vivant, parfois très drôle qui prenait le temps de rouler et fumer une cigarette avec mon père ou d’entrer à la maison boire un canon. Alors, un longue discussion pouvait s’engager, il nous rapportait les potins de la campagne proche ou refaisait le monde avec une philosophie bien à lui. Ce n’était pas triste !
Lorsqu’il cessa, des jeunes boulangers se succédèrent mais aucun ne put faire fonctionner la boulangerie correctement: pénibilité du travail, mauvaise gestion, manque de motivation….Alors ce fut la fermeture définitive.
Et c’est ce qui s’est passé dans toutes les petites communes qui se sont retrouvées sans boulangerie. Souvent elles ont été remplacées par des dépôts de pain alimentés par des boulangers bien équipés en matériel, capables de fabriquer et fournir du pain en quantité importante. Certains assurent encore des tournées et nous nous sommes adaptés.

A suivre L’échange blé – pain

100_1740.JPG

Commentaires

4 réponses à “Le boulanger”   Laissez un commentaire !

  1. Olivier le 14 mars 2016 à 21:45

    J’ai des souvenirs d’enfance, de pain et de croissants extraordinaires. Un matin brumeux de pêche à l’écrevisse, la boulangerie de Commarin (J’ai vu Henri Vincenot au bord du lac ce jour là), des croissants dont toutes les personnes participant à cette expédition se souviendront pendant toute leur vie. On en a presque les larmes aux yeux quand on y repense !

    Il y a des différences incroyables de goût et de qualité du pain d’une boulangerie à l’autre. A Dijon il y a une boulangerie qui s’appelle « Le pain pour demain ». Leur pain est tellement bon que souvent la file d’attente se prolonge jusque dans la rue. Et ce pain – même les baguettes – est encore excellent le lendemain et le surlendemain ! Je ne sais pas comment ils font et pourquoi les autres boulangers ne le font pas. Leurs croissants sont exceptionnels et certains clients se mettent en colère lorsqu’à 10 heures du matin, le dimanche, on leur annonce qu’il n’y en a déjà plus. Ils en vendent peut être des milliers chaque dimanche mais cela ne couvre pas la demande, loin s’en faut.

    Et en même temps, je connais une petite ville que je ne nommerai pas où il y a une boulangerie artisanale qui fait un pain qui évoque le Polystyrène expansé et qui est moins bon que celui du supermarché local ! Je me demande si certains boulangers se rendent compte que leur pain est médiocre.

  2. Isa le 16 mars 2016 à 14:54

    j’aime bien le commentaire d’Olivier surtout le dernier paragraphe
    . Nous aussi nous sommes un peu difficile en matière de pain, ou plutôt, on reconnait le bon pain!
    dans un village voisin, un jeune boulanger a repris, sa soeur, pâtissière fait les tournées, 3 fois par semaine, le pain est levé, se conserve..bref elle est en congé maternité et c’est beau papa qui va chercher le pain pour notre petit quartier.Et on espère qu’ils vont tenir longtemps, pas toujours facile en campagne !
    On prend aussi du pain bio au levain à un collègue producteur, mais les jeunes le boudent!!

  3. M.B le 19 mars 2016 à 21:46

    Ah !!  » le Tabet » et  »le Camille » deux figures emblématiques de La Tagnière….
    Si j’avais des talents d’écrivain, j’aurais beaucoup d’anecdotes à raconter sur les vieux métiers disparus de cette petite commune. En plus des 2 boulangers, il y avait, 2 meuniers avec moulins à eau, 3 forgerons, 2 charrons, 2 maçons, 2 sabotiers, 1 menuisier, 1 boucher, 1 bourrelier et même un cordonnier ( appelé Bouif ) qui tous, ont marqué de leurs empruntes ce petit bourg. A cela on peut ajouter 4 cafés don un hôtel-restaurant, 1 café-tabac ,trois ou 4 épiceries et 3 classes avec la cantine !!!!
    C’était pas le bon temps tout çà ????

  4. marie-paule le 5 mai 2016 à 8:03

    Le boulanger qui passait dans mon village de vacances en Morvan s’appelait Brûlé, ça ne s’invente pas ! On prenait des gros et longs pains, bien cuits, avec des trous dans la mie que le miel du goûter passait au travers et on s’en mettait plein les doigts. ah le goût des rillettes sur ce pain jamais retrouvé ! On enveloppait ces pains dans des torchons placés en bas de la grande armoire de cuisine, il se conservait très bien.
    Je n’apprécie pas quant à moi tous ces pains spéciaux aux noix, au chorizo, à des tas de trucs ajoutés qui n’ont rien à faire avec le pain. Je suis en conflit avec une de mes belles filles qui ne sait pas ce que c’est qu’un bon pain ; le sien préféré c’est du pas cuit, blanc, mou, beurk…

Quelque chose à dire ?





    Dernières photos



    Voir toutes les photos sur Flickr

Vidéos


Voir toutes les vidéos sur Dailymotion


Sondage

  • Les éléveurs de bovins

    View Results

    Loading ... Loading ...

Sites amis

Contact