Coup de chaud —– photosensibilisation - 2 juin 2014

Dernièrement mon attention a été attirée par une vache au comportement inhabituel. Elle se tenait à l’écart des autres avec son veau, toujours à l’ombre, l’air triste. En la regardant de plus près, mon diagnostic a été vite établi: coup de soleil.
Saviez vous qu’un bovin peut attraper un coup de soleil. Pour les animaux on parle plutôt de photosensibilisation et cela peut avoir des conséquences très graves. En fait c’est l’action conjuguée de l’ingestion d’une plante et la présence de soleil, le plus souvent voilé, qui déclenche la photosensibilisation. Je n’ai jamais bien su quelle est la plante mise en cause dans cette pathologie. Certains vétérinaires citent le millepertuis, d’autres le trèfle. Moi je pense qu’il s’agit de végétaux toxiques au stade plantule et qui perdent leur toxicité en se développant car je n’ai connu ce problème qu’au printemps.
Pour en revenir à ma vache, celle-ci a le museau de couleur très foncée, les yeux pleurent légèrement, le pis est rouge. Elle est très chaude et le simple fait de lui effleurer le dos avec la main la fait se cambrer tellement la peau qui s’est raidie est douloureuse, semblable à du carton. Cependant je juge son cas pas trop grave. Je la laisse au pré où les arbres sont suffisamment nombreux pour donner de l’ombre à n’importe quelle heure de la journée. Je la surveille de près; elle broute, rumine, c’est bon signe. Aujourd’hui elle va bien. L‘épiderme brûlé par le soleil se détache en grandes plaques, remplacé par une nouvelle peau aux poils naissants. On le voit très bien sur cette photo. C’est très spectaculaire.
J’ai connu plus grave. Dans certains cas, en plus de la peau c’est le foie qui peut être atteint. Dans ce cas il faut des soins vétérinaires adaptés plus conséquents pour rétablir la fonction hépatique. Un séjour à l’étable s’impose.
Je me souviens aussi d’un taurillon qui était tellement brûlé par le soleil qu’il avait le dos et les flancs à vif. On lui avait aménagé une clôture à proximité d’un bâtiment pour qu’il puisse aller et venir à sa guise. Il sortait dès le soleil couché, passait la nuit dehors à se nourrir d’herbe. Il rentrait à l’ombre au petit matin dès les premiers rayons . On couvrait les lésions régulièrement d’une fine couche d’aluminium à l’aide d’une bombe aérosol vétérinaire. Vision surprenante cet animal qu’on aurait pris pour un mutant venu d’une autre planète.
Reconnaissez que j’en ai quand même vu de toutes les couleurs!

A bientôt

Commentaires

7 réponses à “Coup de chaud —– photosensibilisation”   Laissez un commentaire !

  1. caro le 3 juin 2014 à 23:05

    Salut Bernard, salut Chantal, comment allez vous ? ça fait un bon moment que je n’étais pas venue faire un tour par ici … mais dis moi, il y a des castors à vernois maintenant ?? étrange les coupures des arbres sur tes photos fraichement ajoutées …

    A Bientot

    CARO

  2. Latil le 4 juin 2014 à 22:15

    Bonsoir Bernard.
    J ignorais l existence de ce dérangement dans la vie des bovins. Pour moi, je suis toujours chromeur, dans huit mois je serai à la retraite.
    J ai des ennuis de santé, mais à quoi bon en parler, à chacun ses problèmes
    Bonnes soirée latil.

  3. Olivier Bailleux le 4 juin 2014 à 22:44

    Ça alors, j’ignorais qu’un tel phénomène existait, mais à y réfléchir c’est logique quand on sait que certaines plantes peuvent nous bruler par photosensibilisation après un simple contact avec leur sève. On peut imaginer que si on les consommait, comme les vaches…
    Vous avez vérifié s’il y a des berces du Caucase en bordure du pré, dans une zone humide, un peu à l’ombre ?

  4. Philomenne le 13 juin 2014 à 23:07

    Bonjour,
    J’ai déjà vu des cas de photosensibilisation comme celui-là ; c’est toujours impressionnant. Mais je ne savais pas que c’était dû à l’ingestion de plantes. Je vous remercie de me l’avoir appris.

  5. mamienne le 19 juin 2014 à 21:58

    Olala !!
    oui c’est impressionnant , j’avais déjà vu ça chez un éleveur mais pas à ce point .
    Est ce que ça va mieux maintenant ?

    Je me pose souvent la question de savoir comment les bêtes supportent les agressions du soleil .
    Quand on voit les dégâts qu’il fait sur nous les humains ,comment ne pas penser qu’il soit aussi nocif pour les animaux surtout si c’est conjugué à l’ingestion d’une ou plusieurs plantes …

    A très bientôt Bernard et Chantal ! 😉

  6. marief le 28 juillet 2014 à 22:54

    Ouvrant la France Agricole, aujourd’hui, jour pluvieux, je lis, comme d’habitude, en premier, le courrier des lecteurs, avant même de lire l’édito et sans savoir qui écrit.
    La teneur de ce courrier m’a fait lever les yeux vers son auteur…
    Avec le blog, on a en plus, les photos.
    Selon les vétos, pour les cas que nous avons eu ici, la lune ne serait pas étrangère à cette pathologie épidermique

  7. christine le 3 août 2014 à 18:12

    bonjour
    les symptpmes decrits dans la france agricole du25 07 cela ressemble fort à une maladie gui sévit chez nous et gui s appelle la BESNOITIOSE maladie vehiculee par des insectes pigueurs ( taons et mouches stomolcs) elle est tres presente dans le sud de la france seul remedes enlever au plus vite les animaux malade car tres contagieux les veaux ne sont pas atteint

    Claude et Christine Hautes Alpes 05

Quelque chose à dire ?





    Dernières photos



    Voir toutes les photos sur Flickr

Vidéos


Voir toutes les vidéos sur Dailymotion


Sondage

  • Les éléveurs de bovins

    View Results

    Loading ... Loading ...

Sites amis

Contact