Coup d’oeil dans le rétro - 18 juin 2010

Il me restait 15 balles rondes de paille stockées sous le hangar du Murger. Les souris ont coupé les ficelles et 12 n’étaient pas transportables. Il fallait bien faire quelque chose de ce tas de paille en vrac. Refaire des balles rondes n’était pas facile à cause de la place restreinte sous le hangar. J’ai donc pensé à faire des petites bottes de moyenne densité. La presse ancienne est plus pratique à faire fonctionner en statique. Et puis c’est toujours bon d’avoir des petites bottes sous la main. Elles sont bien utiles quand on élève des petits animaux comme les volailles, les chèvres, ou soutenir pendant la tétée un veau qui ne se tient pas encore debout seul.
Les presses à moyenne densité (c’est comme çà qu’on les appelle) en état de marche sont maintenant bien rares dans la région.. Il y a belle lurette que toutes les exploitations agricoles sont passées à la balle ronde et même à la grosse balle carrée. J’ ai quand même trouvé l’oiseau rare chez un cousin. C’est une presse Renault, fabriquée par Claas, semblable à celle que j’ai utilisé pendant longtemps dans les années 60 et 70
Comme elle n’avait pas « tourné » depuis 2 ans j’ai du graisser, huiler les organes mobiles et dégripper certaines pièces du système de liage. J’ai été surpris de la facilité avec laquelle j’ai retrouvé les gestes d’entretien, l’emplacement des graisseurs, les chaines et pignons à lubrifier, le réglage de la grosseur et du serrage des bottes.
Arrivé sur place, je dépile les balles informes,les déroule grossièrement et mets la paille à la fourche dans la veille presse. Le début est un peu difficile. Le célèbre noueur Claas a des ratés. Les premières bottes sont mal liées, les noeuds ne tiennent pas; il faut repasser la paille une fois de plus dans l’engin. C’est un peu décourageant. Puis après une pulvérisation de lubrifiant aux endroits stratégiques tout s’arrange. Le piston vorace avale bien la paille poussée par les bras ameneurs et les petites bottes bien faites sortent de la presse.
Touène, qui avait appris ce que je faisais n’a pu s’empêcher de venir voir et bien sur me prêter main forte. Cela lui a rappelé son jeune temps, quand il travaillait dans les fermes. Il n’était pas peu fier de »faire le char »: empiler au mieux les bottes que le lui passais sur la remorque. C’est tout un art d’empiler les bottes, en faire croiser chaque rang, monter les cotés bien verticaux. Le chargement doit pouvoir être transporté sans encombres, sans s’écrouler au moindre chaos ou à la moindre déclivité. Là cela ne risquait pas d’arriver, le « char » n’était pas très haut.

Je profite de ce billet pour vous faire connaître un nouveau site mis en ligne à la demande de la profession pour promouvoir le boeuf trop souvent décrié. On y parle du boeuf dans son milieu, de biodiversité, de campagne, et de viande bien sûr. Vous y retrouverez des blogs d’éleveurs dont le mien. Cliquez sur leboeufbonparnature.com

A bientôt

Commentaires

15 réponses à “Coup d’oeil dans le rétro”   Laissez un commentaire !

  1. marief le 19 juin 2010 à 22:56

    Souvenirs, souvenirs….Pour les femmes, il ne fallait pas oublier de mettre un pantalon pour faire les remorques (et les décharger!), sinon, bonjour les égratignures!! Mais tant pis, il faisait beau, on restait en short…
    Il nous reste une presse moyenne densité (l’autre est partie en Pologne…) pour faire parfois de petites bottes dans les regains. C’est plus facile à transporter au pré en fin de saison.
    Bravo pour le site! La page d’accueil est vraiment bien conçue!

  2. yves le 19 juin 2010 à 23:10

    Bonsoir Bernard,

    Effectivement il n’y a plus beaucoup de petite presse de ce gendre en activité car cela demandait beaucoup de main d’oeuvre et par rapport au moyen actuel, la productivité était nettement moindre. Pour ma part, je posséde une Class Markant 40 (c’est presque le même modéle que la votre) qui fonctionne très bien et avec laquelle je fais environ 2000 bottes de foin et paille chaque année. On a un peu plus de travail mais que de facilités durant l’hiver. C’est un outil obligatoire pour le petit éleveur qui veut produire et récolter la nourriture de ses animaux. Au moment des récoltes les entreprises agricoles sont surchargées de travail et n’ont pas le temps de venir pour de petites quantités. Bonne chance pour vos foins et à bientôt.

    Yves

  3. uxeautois le 20 juin 2010 à 16:28

    Quel bons souvenirs que la moyenne densité ; on faisait du bon boulot rapidement finalement ; le seul inconvéniant ( majeur ) la pluie ; pour les emmener ; c’était intéressant de faire les remorques ; de les emmener sous l’hangar ; moins drôle le lendemain matin pour décharger ; quand on a eu des hangars potables et un bon déchargeur ; c’était facile .
    et pour les faire manger au pré en fin d’année ; bien mieux que les grosses balles moi j’en logeait 20 dans la vieille acadiane camionnette et en route pour le tour des prés .
    Moins de débit bien sûr ; il faut dire qu’on avait des exploitations à taille humaine .

  4. sylvie71 le 28 juin 2010 à 10:44

    bonjour Bernard,
    mercredi soir, me suis arrêter au bout de votre chemin « le vernois » en revenant d’étang….car j’ai cru que la roue de ma voiture était crevée. j’ai bien penser aller me faire « payé un coup de frais » vu la chaleur lol….
    bonne journée de fenaison à vous

  5. paysanheureux le 29 juin 2010 à 19:00

    Belle idée de faire marcher une moyenne densité ! Que de souvenirs… Si j’i le courage et le temps d’écrire un billet sur cette époque, je mettrai un lien sur ton blog.

    On ramassé un orage dingue hier après midi. Un plus normal cet après midi, mais ce n’est pas beau vers chez toi… J’espère que vous n’avez pas de grêle.
    Amitiés
    PH

  6. isa le 2 juillet 2010 à 19:01

    merci de votre visite,
    votre blog est le 1er blog agricole que j’ai visité, beaucoup de plaisir avec vos articles et vos photos, puis grâce aux liens , les autres…même mon mari est devenu adepte de ces visites!à bientôt

  7. mamienne le 7 juillet 2010 à 10:07

    Bonjour Bernard , bonjour Chantal !!

    AAhh !! les bottes moyennes densité ! le symbole de mes vacances et stages !

    De foin , de luzerne , de paille plus ou moins sec
    le pire pour moi , celles de luzerne: lourdes , « inmagnables « , qui s’éventrent et qui perdent toutes leurs feuilles , et le maitre de stage qui gueule !!

    puis plus tard en vacances chez les cousins , avec la paille , au début sans monte charge ensuite avec , beaucoup plus facile
    mais les jambes farcies d’échardes et de bleus parce que c’était à celui qui lançait le plus fort pour faire tomber l’autre !…

    Guy aussi en parle souvent , ni en bien ni en mal mais je suppose que c’était une véritable révolution pour eux qui ont connu les charrés de foin ramenés à cheval …

    En tous cas , cette presse vous a été d’un bon secours pour reprendre cette paille !

    Avez vous terminé les foins ?
    Ici nous terminons les secondes coupes que nous avons enrubannées .
    S’en suivra de rentrer le blé que nous achetons et pour Guy de presser le peu de paille que nous achetons aussi.
    Et les vélages commenceront …

    Et vous Chantal ? quelles sont les nouvelles ?
    j’imagine que vous étes entourés de toute votre belle et grande famille donc du boulot d’intendance !

    Hier après midi j’ai préparé du vin de Noix , en avez vous déjà fait ?
    j’en ai préparé 12 litres , j’avais ce qu’il fallait alors dans ma lancée … j’espère que ça va être bon !

    Sinon au jardin , les courgettes donnent bien , les haricots verts aussi , les tomates se forment mais sont encore verte … patience !!

    Très bonne continuation à tous les deux !

  8. les bredins le 7 juillet 2010 à 19:43

    Bonjour Chantal et Bernard
    Que de souvenir avec les petites bottes, j’ai même rentré du foin en vrac, a la fourche mais là j’était petit pas grand.
    Super article.
    Amitié
    P S Avez vous toujours le petit 4*4 vert ?

  9. Bernard le 8 juillet 2010 à 6:37

    Bonjour les Bredins
    Il est vrai que ce travail rappelle bien des souvenirs à beaucoup de gens. C’était un sacré boulot, et on était bien plus nombreux pour le faire, que ce soit paysans,vacanciers, ou famille pour y participer. Bien que ce fut pénible, cela restait un moment agréable que chacun garde dans sa mémoire
    Le 4×4 vert Suzuki, je l’ai vendu il y a un 1an, changé pour un kangoo. J’en avais moins l’utilité et il commençait à se faire vieux
    Amitiés

  10. marie-paule le 8 juillet 2010 à 18:57

    pour moi les souvenirs des bottes de foin ou de paille montées sur le char tiré par les chevaux, après… fini les vacances et je n’ai plus de souvenirs quant à cela, et donc je lis avec beaucoup d’intérêt ce que vous contez.
    Merci pour ce nouveau lien à visiter.
    C’est chaud aujourd’hui, très chaud, il n’y a pas un poil d’air.
    Bonne fin de journée à toute la famille.

  11. chantal le 11 juillet 2010 à 20:34

    bonjour bernard je viens de découvrir ton blog moi aussi je suis bourguignonne super de nous montrer ton métier je viens de te connaitre car tu as laissé un com à marie paule nous c’est la broderie chacun son truc mais je reviendrais chez toi bonne soirée chantal

  12. sylau85 le 16 juillet 2010 à 22:11

    Bonsoir,
    N’y avait-il pas des bottes encore moins denses ?
    Je me souviens qu’il était facile de les soulever avec un brot (fourche à 3 dents). De bons souvenirs d’étés bien chaud…

  13. marief le 16 juillet 2010 à 23:14

    Si, si, des bottes dites de basse (ou petite) densité. C’était beaucoup plus léger pour nos dos d’enfants souvent mis à contribution pour ramasser ou décharger….

  14. Bernard le 18 juillet 2010 à 17:53

    Oui Marief a raison. Les bottes de basse densité étaient rectangulaires, moins épaisses,moins serrées et moins lourdes que la moyenne densité décrite dans l’article.
    La première presse basse densité que j’ai connue possédait son propre moteur (moteur auxiliaire) Elle pouvait être tractée par un petit tracteur (en l’occurrence un petit gris ) ou même par des chevaux

  15. Latil le 22 octobre 2010 à 23:17

    Bonsoir Bernard
    Depuis longtemps, je ne suis pas venu chez toi;. J ai vu la marque Renault sur ta presse, et je me suis souvenu que mon Pére avait acheté un pulvérisateur Technoma de 1000 l trainé peint en Orange et de marque Renault. C était en 68 la CAVY d auxerre lui avait vendu ce marériel. Depuis des décenies la CAVY d auxerre a fait faillitte.
    Bonne soirée Latil

Quelque chose à dire ?





    Dernières photos



    Voir toutes les photos sur Flickr

Vidéos


Voir toutes les vidéos sur Dailymotion


Sondage

  • Les éléveurs de bovins

    View Results

    Loading ... Loading ...

Sites amis

Contact